LE CALCAIRE

par Norbert

 

Génèse de la Terre : Le calcaire est une roche très courante sur la terre. En effet, elle couvre plus de la moitié de la surface de notre planète. Cependant, elle ne constitue que 4,9% de la masse de notre terre. Cela provient du fait que la densité du calcaire n'est que de 2.7, ce qui en fait une des roches les plus « légères »de la planète.En effet, lors de la formation de notre terre, les roches les plus lourdes (fer, nickel) sont littéralement tombés au centre de celle-ci pour constituer ce que l'on appelle le noyau, les plus légères comme notre calcaire «  flottant » en surface (la preuve, c'est que l'on ne trouve absolument pas de calcaire dans les profondeurs de la terre ). Par contre, on peut trouver aujourd'hui du calcaire sur les plus sommets de nos chaînes de montagnes.

 

 

 

Où trouve-t-on le calcaire ? Le calcaire est un carbonate CaCO3 blanc de calcium ,( un métal très instable à l'état naturel), mais très stable sous sa forme carbonatée. Cependant, l'eau pure a une telle capacité de dissolution des minéraux qu'elle arrive toujours lentement mais sûrement, à dissoudre les plus grandes montagnes du monde ( par exemple, les Alpes, montagne très jeune au niveau des temps géologique, grandissent encore de 1m tous les 100 ans. Mais l'érosion elle, l'use à peu près de 1m tous les 100 ans: les Alpes paraissent donc ne pas bouger, alors qu'elle sont en pleine surrection). Cependant, il faut savoir qu'à la place de la BRETAGNE actuelle, et du Massif Central, il y avait à l'ère primaire la première grande montagne française, le massif armoricain, aussi haute à l'époque que notre mont blanc actuel: les eaux pluviales l'ont inexorablement usé jusqu'aux couches granitiques inférieures, et continuent toujours de nos jours à raboter le paysage breton

 

Sa constitution : Dans la nature, on peut trouver du calcaire à l'état presque pur (la craie  bien blanche du bassin parisien par ex, les falaises d'Etretat, le calcaire urgonien des alpes), mais le plus souvent, le calcaire perd sa couleur d'origine bien blanche, ainsi que sa consistance très compacte et solide, car il a été mélangé lors de son transport et dépôt  jusqu'à la mer, avec des argiles friables souvent  rouges,grises ou noires. On trouvera donc plus souvent le calcaire sous une forme un peu différente et beaucoup plus friable, les marnes.

 

 

Le cycle du calcaire : Le calcaire n'est donc pas une roche très « stable » au cours des temps géologiques, car elle fait partie d'un cycle plus ou moins long de son carbonate. Au départ, les montagnes et les plateaux calcaires sont usés par les eaux pluviales, le calcaire dissous est emporté par les eaux des rivières jusqu'à la mer où il se mélange à l'eau salée. Là, il se dépose premièrement naturellement au fond des mers par concentration, puis par saturation de l'eau de mer en minéraux (en effet, le vent marin évapore lentement l'eau de mer pour donner les nuages de pluie, ce qui concentre les minéraux, principale cause des dépôts calcaires). D'autre part, le calcaire sert à quantité d'organismes marins (coraux, coquillages, poissons) à construire leurs carapaces, qui vont s'accumuler naturellement à la morts de ceux-ci près des rivages et plages (futurs sites fossilifères). Les mouvements de la terre étant très aléatoires au cours des temps géologiques, ce qui était une mer peut du jour au lendemain s'assécher, et devenir en quelques milliers d'années la plus haute montagne du monde. Ainsi, notre Everest dont le sommet culmine à plus de 8000m, est couvert de fossiles calcaires qui vivaient sous la mer il y a très très longtemps. Le cycle du calcaire peut alors recommencer indéfiniment ...

 

Ses utilisations : Les utilisations du calcaire sont très variées, et très nombreuses. Les premières carrières donnaient aux hommes les pierres nécessaires pour bâtir leurs maisons, et plus tard les tailleurs et sculpteurs allaient nous donner des ponts et nos plus belles cathédrales. Les carrières modernes extraient des tonnes de granulats calcaires pour le simple besoin de nos routes, pour la fabrication des bétons. Dans l'industrie, on s'en sert comme charge minérale dans les plastiques, peintures, colles, comme fondant dans la fusion du verre, comme amendement calcique agricole pour lutter contre l'acidification du sol. Et si on chauffe les roches calcaires, on obtient d'autres produits encore plus intéressants : les romains mélangeaient du bois avec du calcaire blanc très pur dans des fours, et obtenaient ainsi péniblement de la chaux CaO, qui mélangée avec de l'eau, donnèrent les premiers enduits terrestres. Mais il fallut attendre l'ère du pétrole pour pouvoir élever la température de cuisson, et pouvoir enfin « cuire » des marnes (mélange de calcaire et d'argiles), et obtenir nos ciments actuels, bien plus solides et résistants que les chaux. Par la cuisson du calcaire, l'homme se donnait la possibilité de reconstituer et remodeler les roches à sa façon, d'où le développement considérable en quelques siècles du béton armé dans les constructions.

 

 

 

 

Le marbre : Dans la nature, le calcaire peut lui aussi par subduction( enfouissement naturel due à la techtonique des plaques) subir une élévation de température suffisante pour « métamorphisé » la roche d'origine en la transformant en une roche beaucoup plus dure, et solide : les marbres. L'Italie posséde dans la région de Carrare, des montagnes entières constituées d'un marbre réputé, de couleur blanc-gris ( les sculpteurs du monde entier l'ont utilisé pour nous donner de superbes statues). Mais il existe quantité d'autres marbres beaucoup plus colorés, qui ont fait la variété et la beauté intérieures de nos bâtiments publics et églises, sans parler de nos cimetières. En France il existe des marbres dans les Pyrénées, et un marbre rouge dans les Alpes près d'Embrun ; il existe aussi de nombreux « faux » marbres, nommés ainsi lorsque le calcaire n'a pas encore été assez métamorphisés.